novembre 2009

Archive mensuelle

LES VINAIGRES AROMATISES

Créé par le 16 nov 2009 | Dans : CUISINE SIMPLE, LES PLANTES

AH ! les vinaigres aromatisés, c’est tellement facile à faire et ça fait le petit plus qui ensoleille vos salades.

Il y a trois sortes de vinaigre : le vinaigre de vin rouge, le vinaigre de vin blanc et celui de cidre. C’est le vinaigre de pommes le plus acide et celui de vin rouge le plus « doux ». Le vinaigre de pommes est le moins cher. C’est avec celui-là que j’ai commencé mais il est un peu « raide »à moins de l’aromatiser avec une plante qui va l’adoucir. Le vinaigre de vin rouge a déjà une odeur très forte qui risque de couvrir celle de vos plantes si elles n’ont pas un parfum puissant.

Le principe :

On place des plantes fraîches dans un bocal, on verse dessus du vinaigre froid ou tiède, on ferme et on laisse macérer 15 jours. Après on filtre et on peut consommer.

L’intérêt est que la macération dans le vinaigre permet de transférer les qualités bénéfiques des plantes à l’intérieur du vinaigre.

Quelques recettes :

Vinaigre de cidre aux pétales de roses : c’est le top mais il faut avoir évidemment des roses qui ont poussées sans engrais et qui sentent très bons, comme les roses anciennes, autrement ce n’est pas la peine. 1/5ème de pétales de roses pour 4/5ème de vinaigre. Verser le vinaigre froid sur les pétales de roses secs et propres. Fermer le bocal. Laisser macérer 15 jours puis filtrer. Le parfum est très délicat – pour assaisonner des salades super raffinées.

Vinaigre de mûres : très énergétique. 1/5ème de mûres pour 4/5ème de vinaigre de cidre.

Vinaigre de cidre au basilic : même recette que pour les pétales de roses. Parfum fort qui va très bien avec les tomates.

Vinaigre « énergie » : Vinaigre de cidre où ont mariné des plantes qui donnent du peps : romarin, thé vert, thym, gingembre, sauge, cynorrhodons (les baies de l’églantier). Prendre le midi !

Vinaigre « Digestion » : vinaigre de cidre où ont mariné des plantes digestives : graines de fenouil, mélisse, coriandre, romarin, gingembre.

Tout est possible, y’a qu’à essayer. Ex : vinaigre à la réglisse, à la verveine, etc…

Si vous voulez que vos vinaigres se conservent plus longtemps, faites mariner une partie à froid puis faites chauffer l’autre partie à moins de 65° (sinon ça tue le vinaigre) et rajoutez à votre préparation.

Vous pouvez aussi rajouter du sucre complet bio ou du miel pour donner de la douceur à votre vinaigre mais la quantité est difficile à doser (pas assez le sucre va faire augmenter l’acidité, trop ça ressemblera à un sirop). Donc essayez petit à petit.

Pour le contenant, j’utilise des petites bouteilles de bière ou mieux de panaché parce qu’elles se nettoient plus facilement. Passez deux fois sous l’eau chaude, rincez tête en bas, sentez, si ça sent encore relavez. De préférence nettoyez les bouteilles tout de suite après consommation, surtout pour la bière sinon l’odeur sera plus difficile à faire partir.

Bouchez avec un bouchon de liège neuf, laissez mariner tête en bas.

SOINS DE LA PEAU

Créé par le 16 nov 2009 | Dans : BEAUTE, SE SOIGNER

Pommade d’amande douces : Faites cuire au bain marie 400 gr d’huile d’amande douces et faites fondre dedans 100 gr de cire blanche. Quand la cire est fondue, retirer du bain-marie et verser dans un pot : laissez refroidir en remuant continuellement pour obtenir une pâte onctueuse. Lorsque le mélange est presque complètement froid, verser peu à peu 250 gr d’eau de roses tout en continuant de remuer.

Peaux sèches : Se laver le visage avec du lait (bio) et gardez le lait sur le visage pendant quelques heures. ou bien se masser le visage avec du beurre.

Beau teint, nourrir la peau : Mettez 500 gr de beurre dans un récipient en faïence et placez-le au soleil. Pendant ce temps faites tremper des feuilles de plantain  dans de l’eau. Quand le beurre est fondu, versez dessus l’eau de plantain et mélangez avec une spatule en bois. Lorsqu’il n’y a plus d’eau, remettez-en (5 ou 6 fois par jour) et remuez. Continuez jusqu’à ce que le beurre soit devenu blanc. Rajoutez alors de l’eau de fleur d’oranger. Cette pommade se conserve des années.

Teint clair : Après vous être nettoyé le visage le soir passez dessus une rondelle de citron (à faire une fois par semaine).

Masque anti-rides : Battez en neige un blanc d’oeuf avec du sucre, étalez sur votre visage, laissez sécher puis nettoyez.

Démaquillant : Sur votre coton, versez quelques gouttes d’eau de rose puis un peu d’huile de bourrache et nettoyez votre peau.

article en cours

 

article en cours

SE SOIGNER DANS LA NATURE

Créé par le 16 nov 2009 | Dans : SE SOIGNER

Vous êtes dans la nature avec aucune possibilité de faire cuire quoi que ce soit ou de mettre en bouteille et vous voulez vous soigner tout de suite-maintenant : c’est possible ! Dame nature a prévu des principes actifs directement accessibles : le suc frais des plantes. La plupart du temps il suffira d’écraser dans la main une partie de la plante  et de la poser directement sur la partie souffrante, ou de placer la plante dans un tissu (propre !) – c’est un « cataplasme« , ou encore d’imbiber un tissu du suc frais de la plante – c’est une « compresse« - et de placer le tout sur la partie souffrante. Vous pouvez aussi rajouter certaines plantes à votre alimentation.

Abcès : 1) Hâter leur maturation, diminuer la douleur, évacuer le contenu : Renouveler toutes les 2 heures une compresse imbibée de suc frais d’ail, ou encore de mie de pain  et de jus de poireau. Cataplasme de plante fraîche de feuilles écrasées d’aspérule odorante, de chanvre, de chénopode bon-henri, de julienne, de sureau noir, de tussilage, de fleurs et de bourgeons de genêt à balai, de carotte râpée, de racine de guimauve, d’olives mûres écrasées, de feuilles de bette, de cuscute, de fenouil sauvage, de lentilles,  d’oignon, d’oseille. Cataplasme de feuilles de chou froissées : lorsque la partie est chaude, changer la feuille. Cataplasme de feuilles de sureau noir écrasés dans du sel  ou du vinaigre. 2) Cicatriser : Castaplasme de feuilles fraîches de bardanne.

Acné : 2 fois par jour sur le bouton : Suc frais de chou, ou de feuilles sèches de plantain.

Albumine : Boire du jus frais de groseilles à maquereau, 3 fois par jour 100 gr dont une fois à jeun. 3 cuillérées à soupe de suc frais de vergerette du Canada. Manger au repas du soir un gros oignon cru.

Alcoolisme : 1 verre de jus de feuilles de chou rouge.

Allaitement : Augmenter le lait : Cataplasme de feuilles fraîches écrasées de ricin. Tarir le lait : Cataplasme de feuilles fraîches d’aulne, de cerfeuil, de lampsane, de menthe, de mercuriale, morgeline, de persil, de séneçon.

Anémie : rajouter tous les jours dans l’alimentation les plantes crues suivantes : 50 gr d’asperge, 100 gr de betterave rouge râpée, 150 gr de carotte, 100 gr de chénopode Bon-Henri, 50 gr de suc de chicorée sauvage, 200 gr de suc de chou rouge ou vert avec du jus de citron. 1 cuillérée à soupe 20 mn avant les repas 50 gr de suc d’épinard haché, 100 gr d’ortie hachée, 20 gr de persil haché.Manger des amandes, des abricots, des cerises, des pommes, du raisin, du blé germé, des graines écrasées de fénugrec.

Aphte : Manger des myrtilles, gardez un moment le jus dans la bouche avant de l’avaler.

Appétit : pour l’augmenter manger au début du repas du cresson aliénois du cresson officinal, du raifort, de la tomate. Boire 2 verres par jour dont un à jeun de jus de groseilles à maquereau.

Artériosclérose : manger de l’ananas frais, du seigle, du soja.

Arthrite : manger des radis avec leurs feuilles. Manger de la macher assaisonnée avec du jus de citron à chaque repas. Boire 40 gr de suc frais de vergerette du Canada. Poser sur l’articulation un cataplasme de feuilles fraîches et écrasées de ricin.

Ballonnement : Manger des oignons crus, des radis, du riz complet.

Bouche (plaie à la) : tapoter la lésion avec un coton imbibé de suc frais d’origan. Mâcher des feuilles de menthe. Manger quelques prunelles vertes, du citron

Bronchite : poser sur la poitrine un cataplasme de farine de lin (60 gr pour un litre d’eau) laisser épaissir placer entre deux gazes et saupoudrer de farine de moutarde. Cataplasme de persicaire fraîche écrasée.

Brûlure : tout d’abord refroidissez l’endroit avec de l’eau fraîche pendant un temps assez long puis enduisez avec des feuilles fraîches d’acanthe écrasées, de la pulpe de carotte cultivée ou sauvage, des feuilles de chou crues et froissées, de la pulpe fraîche de citrouille, des feuilles de joubarbe fraîches et écrasées, des feuilles de lierre grimpant fraîches, de la pulpe de melon écrasée, un oignon cru en tranche, de la pomme de terre crue, de fleurs fraiche de souci officinal.

Cholestérol : Manger des aubergines.

Cœur : manger beaucoup d’ail et des pommes avec leur peau.

Conjonctivite : Cataplasme des feuilles fraîches écrasées de Benoîte sur les yeux.

Constipation : manger des feuilles fraîches de plantain.

Contusion : appliquer sur l’endroit du persil haché, de fleurs ou des feuilles d’arnica, des feuilles pillées d’ache, d’angélique, de cerfeuil, de sureau hièble, de pervenche .

 

 article en cours

FAIRE SES YAOUTS SANS YAOURTIERE

Créé par le 16 nov 2009 | Dans : CUISINE SIMPLE

L’important pour qu’un yaourt prenne c’est qu’il reste pendant 8 à 12 h à la même température. On ne trouve dans le commerce que des yaourtières électriques et l’on aurait tendance à penser que l’électricité est indispensable : pas du tout. Pour garder la même température, il suffit de placer les yaourts dans une glacière portative (attention cependant si votre glacière est trop grande – l’espace vide se refroidit plus vite, mettez une couverture au-dessus de vos yaourts). Évidemment vous ne mettrez pas de glace dedans, on se sert d’une glacière parce qu’elle est hermétique . Si vous avez une glacière avec fermeture éclair, la chaleur pourrait s’en aller plus vite par le tissu dans ce cas enfermez votre glacière dans une couverture. Les mieux sont les glacières en plastique dur. Ou encore, plus simple, si vous avez le chauffage central : placez vos yaourts dans une boite hermétique (genre tupperware), enroulée dans une couverture et vous posez le tout sur le radiateur (le radiateur ne doit pas s’arrêter pendant le temps où vos yaourts prennent, ni être trop chaud).

Et encore, encore plus simple  la yaourtière « bidonville » (c’est celle que j’utilise).  Prenez une caisse en carton ou en bois,  mettez au fond une vieille polaire,  remontez la polaire sur les bords  et posez dedans, bien emmitouflés, vos pots de yaourt fermés – il est préférable de faire deux grands pots plutôt que plusieurs petits. Posez par dessus une autre polaire, des pulls et enfin, sur le dessus, un tapis de salle-de-bain (avec du caoutchouc dessous) et l’affaire est faite!

Pour la préparation de votre yaourt, un thermomètre à yaourt est par contre conseillé (entre 3 et 4 euros dans certaines pharmacies). Si vous n’en avez pas, le lait doit être à la température « biberon « …

Pour faire vos yaourts, il vous faut :

1 litre de lait entier, de préférence bio et de préférence venant directement de la ferme si vous en avez la possibilité.

1 cuillère à soupe bombée de lait en poudre (bio) (c’est un petit truc pour que le yaourt soit plus dur)

1 yaourt bio  (évitez la marque « vrai », ça ne marche pas, je ne sais pas pourquoi)

deux pots de confiture en verre de 500 gr vides
1 bol, une cuillère à soupe, un verre

1 entonnoir

1 thermomètre à yaourt

Comment faire :

- Ébouillantez vos pots après les avoir lavé et laissez-les sécher tête en bas – au soleil de préférence mais  ce n’est pas obligatoire.

- Placez votre yaourt bio dans le bol + la cuillère à soupe de lait en poudre et mélangez bien.

- Faites bouillir votre lait puis laissez-le refroidir jusqu’à ce que sa température soit comprise entre 50 et 58 degrés (ou température biberon).
- Lorsque la température est atteinte il faut faire très vite car elle va baisser rapidement et si elle est trop basse lorsque vous fermez le couvercle de vos pots, vos yaourts n’auront pas l’énergie nécessaire pour prendre. Prélevez une cuillère à soupe de lait et mélangez-la bien à votre yaourt. Puis, prélevez un verre de lait et mélangez-le aussi à votre yaourt. Videz le mélange yaourt + lait dans la casserole et mélangez bien mais peu.

- Versez aussitôt dans les pots à l’aide de l’entonnoir.

- Aussitôt également, placez vos pots dans votre glacière ou dans votre boite plastique ou dans votre boite, fermez, couvrez et ne déplacez plus vos yaourts jusqu’à ce qu’il soit prêts, c’est-à-dire 8 à 12 heures plus tard. Pour ma part je mets 12 H mais si vous n’êtes pas sûr de la conservation de la chaleur choisissez plutôt 8 H

- Mettez vos yaourts au réfrigérateur, vous pouvez les consommer 1 H après.

Vous pouvez utiliser un des yaourts que vous avez faits pour votre prochaine fabrication de yaourt et ainsi pendant 4 ou 5 fois puis il vous faudra à nouveau un yaourt du commerce.
Si vous trouvez votre yaourt trop liquide, ajoutez plus de lait en poudre la prochaine fois mais pas plus que deux cuillères à soupe. Le fait d’avoir trop remué votre mélange yaourt/lait en poudre dans le lait tiède peut aussi le rendre plus liquide – mais il faut aussi que ce soit bien mélangé : c’est tout un art !!!

 

greffier57 |
Paulrmiste |
LA FRANCE DU BAS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | systemd
| Collectif des Hauts de Cham...
| des animaux et des hommes....